LE RÔLE de l'Or Bleu

Porter à la connaissance :  encourager le grand public à se saisir des sujets autour de l’économie maritime et des publics de la mer.
Sortir des univers de spécialistes : du tout "Marine Nationale" du "ce n'est pas facile car le monde maritime est très sectorisé"
Éveiller les consciences et "vulgariser" l’accès à l'univers maritime.
Diffuser et valoriser ce qui existe, ou est en cours de création.
Accompagner les actions & les créations, d'individus, d'associations, d'entreprises,... qui œuvrent dans le maritime.
Faire connaître au travers d'une tribune-buzz permanente : diffuser des pistes & services pour interpeller les sphères publiques et privées.

La Terre est une planète Mer

La mer,
un vivier d'activités pour l'homme

  • VITAL

    70% de notre O2
  • NOURICCIER

    Eau & Nutrition
  • SAIN & RÉGÉNÉRATEUR

    Santé
  • SOCIAL

    Millions d’emplois & d'Échanges
  • CIRCULATION

    90% du Transport mondial
  • ÉNERGÉTIQUE

    Énergie Marine Renouvelable
  • TECHNOLOGIQUE

    Nautisme, EMR
  • HABITABLE

    Ports, Cités Lacustres
  • REGULATEUR & MODERATEUR

    Environnement
  • STRATÉGIQUE

    Sécurité, Politique & Militaire
  • RICHE

    Minéraux, Sédiments
  • LUDIQUE

    Loisirs & Compétitions
  • SCIENTIFIQUE

    Biotech’ Bleues
  • INCONNU

    Exploration océanographie
  • INSPIRANT

    Histoire & Littérature
  • ONIRIQUE

    Peintures & Rêves

La mer,
un monde d'équilibres à connaître.


  • Les Océans représentent 4/5eme de notre Planète et sont indispensables à nos équilibres écologiques

 

  • L'Espace est mieux connu que nos Océans

 

  • La véritable économie de la mer est méconnue du grand public

L'Europe & la mer

Dans un monde en perpétuelle mutation environnementale, économique et sociale l'Or Bleu veut être un architecte de ce champ d'opportunités extraordinaires pour l’intérêt général.


» Chiffres méconnus

  • 22 États membres sur 27 de l'Union Européenne (EU) sont des états côtiers
  • 70.000 km de côtes forment le littoral européen, de l'île de Chypre jusqu'au Cap Nord près de l'Arctique. Activité de: construction civile - transport - recherche océanographique
  • 17 mers et 4 océans dessinent l'Europe continentale & d'Outre-mer
  • 51% des européens vivent à moins de 50km des côtes
  • 5 millions d'empois dépendent directement des activités maritimes et autant en dépendent indirectement
  • 90% des exportations et 43% des importations sont acheminées par la mer

» Légitimiste économique : L'UE dispose de 50% de la flotte mondiale et est leader mondial dans

  • Le Transport Maritime
  • La Construction Navale
  • La Production d’Énergie en mer

» Les activités maritimes équivalent à elles seules à 5% du PIB Europe

L'Europe est aussi la 1ére destination touristique au monde et le tourisme maritime ne cesse de croître. Quant aux secteurs de la transformation alimentaire, des énergies renouvelables, des télécoms sous-marines, des biotechnologies sous-marines et autres aquacultures, ils sont des productions majeures en Europe.

Les publics de l'Or Bleu

Tous concernés...


Les 15/30 ans : Aborder une passion

L'Or Bleu porte à leur connaissance les différentes voies d’accès aux métiers de la mer.

» Objectifs :

  • Leur ouvrir de nouvelles perspectives face aux filières traditionnelles
  • Leur donner la possibilité de s'inventer une nouvelle vie
  • Les métiers de la mer riment avec passion !

Les 30/50 ans : Une 1ère voire 2ème carrière

Ces métiers de la mer peuvent représenter un premier voire un deuxième départ d'une vie professionnelle.

» Objectif : 

  • Proposer une reconversion ou réorientation professionnelle

Les 50/70 ans : L’expérience au service des autres

L'Or Bleu s'adresse aux professionnels ayant retrouvé la liberté d'actions pour à présent transmettre et communiquer.

» Objectif :

  • Leur permettre de mettre leurs connaissances au service des autres

Les missions de l'Or Bleu

Dans ce monde en mutation environnementale, économique et sociale, l'Or Bleu est un "éveilleur" du champ d'opportunités que représentent les métiers de la mer & l'économie maritime en générale.

Promouvoir des filières d'avenir

Les Biotechnologies Bleus et R&D

Les Énergies Marines Renouvelables (EMR) et les énergies off-shore

La Déconstruction navale

Mais aussi : Le Transport  -  Le Nautisme  -  L'Habitat & l'Urbanisme  -  L'Eau  &  L'Alimentation

Zoom
sur les Filières d'Avenir

Les Biotechnologies

Bleues et la R&D

Par l'étude du vivant et la connaissance des systèmes et des molécules issues de sa biodiversité, la mer constitue un immense réservoir propice à fournir durablement à l'homme des multiples composants à vocation :

  • médicales
  • énergétiques (énergies renouvelables et alternatives)
  • nutritionnelles
  • cosmétiques

Les Énergies Marines Renouvelables

Les Océans recèlent de toute l’énergie dont l’homme a besoin

Les Energies Marines Renouvelables (EMR) sont la solution de la mutation énergétique: écologiquement performantes et créatrices d'emplois

EMR = 4 sources d'énergies:

  • L'énergie éolienne offshore, maintenant flottante. Source principale de production : les vents
  • L'énergie hydrolienne utilise les courants marins. Énergie prédictible et permanente, à la différence du vent sans impact visuel
  • L’énergie houlomotrice utilise la force et le mouvement de la houle : les vagues
  • L’énergie Thermique Marine (ETM), OTEC en anglais, vient de la différence des températures entre les eaux de surfaces et les eaux profondes dans les mers tropicales. Une énergie stable et disponible tout l'année 24h/24h

 

La Déconstruction navale

Les chantiers de construction sur le littoral et les métropoles portuaires sont prêts à participer au démantèlement des navires.

 

  • 98% des déchets récupérés peuvent être re-valorisés.
  • 70% des navires partis à la casse en 2011, sont partis sur des chantiers d'Inde, du Pakistan ou du Bangladesh.

La déconstruction des navires est une opportunité d'emplois importante, permettant surtout de pratiquer concrètement l’économie circulaire pour :

  • Faire cesser les abandons et les démolitions navales dites "sauvages"
  • Pourvoir encadrer le cycle de démolition des navires
  • Instaurer des collaborations étroites entre les compagnies de démolition navale & les armateurs
  • Valoriser l'image de la déconstruction navale, la transformer en une industrie non polluante, sécurisée, chaîne de valeur pour toute l'industrie

Les Actions de l'Or Bleu

Le Cargo des Métiers®

Itinérant, de villes portuaires en métropoles portuaires, le Cargo des Métiers® fait connaître les métiers de la mer et l'économie maritime et ses filières. Un bateau accueillant à son bord, aux escales, les forces vives de l’Économie maritime locale avec tous les chercheurs d'avenir.

 

  • Le Cargo des Métiers® fait se rencontrer les forces vives de l'économie maritime et le grand public
    Des conférences et séminaires entre les entreprises et organismes maritimes et les personnes cherchant un avenir dans cet univers. Salles d'exposition de travaux pour les collégiens/lycéens et universitaires.
  • Créateur de liens et animateur du réseau maritime local
    Le Cargo des Métiers® est un moyen emblématique et singulier pour faciliter la venue à bord de tous les publics, afin qu’ils découvrent l'étendue des opportunités des métiers de l’économie maritime. C’est aussi une opportunité territoriale.
  • Dans le "Carré "
    Marins et personnalités emblématiques « maritimes »
    Entreprises, groupements, associations de l'économie maritime, chercheurs & universitaires, élus et responsables locaux
  • Dans ses cales:
    Base de données d'offre d’emplois maritimes existantes et formations
    Salle de conférence et une coursive d'exposition maritime itinérante -  Restaurant/bar pour l'expression des cuisiniers de la mer locaux

Un Fond d'Investissement

Pour accélérer l’aide à la création, au développement et au rachat d’entreprises de l’économie maritime.

 

Pour quoi ?

  • Un fond d'investissement permet de sauver - créer - développer rapidement
  • Apporter des moyens et actionner des leviers économiques possibles pour concrétiser les projets d’entreprises et d’associations et d'autres de l’univers maritime

Comment ?

  • Par la définition de critères d'éligibilité à des fonds, bourses, prêts
  • Par la création d'un comité de mécènes et autres donateurs
  • Par la communication grand public autour des fonds existants

Pour qui l'Or Bleu ?

  • Chaque entreprise, association, pourra communiquer autour du soutien apporté par l'Or Bleu
  • Une quantification de l'apport concret sur l'économie maritime :
    • combien de projets développés
    • d'emplois créés
    • des nouveaux métiers accompagnés

 

Contribution - Proposition

Création de Garde-côtes européens

Face aux menaces incessantes de pollution des mers

Les états européens apportent des réponses (responsabilisation, devoir de précaution...) légères et insuffisantes pour limiter les catastrophes écologiques.
En France, c’est l’État, via le Préfet Maritime de région, qui coordonne l’action en mer.
Les administrations maritimes sont : La Marine Nationale, les Affaires Maritimes, les Douanes, la Gendarmerie, la DDE et la SNSM. Cette organisation « morcelée », manque de cohérence et d’efficacité́ dès que l’on raisonne en termes de prévention.
Un Centre Opérationnel vient d’être créé, il est animé par : Marine nationale, Douanes, Police aux frontières, Affaires maritimes, Gendarmerie nationale et Sécurité́ civile. Ce centre dépend directement du premier ministre.
Sa vocation : Connaitre et analyser en permanence la situation maritime mondiale, notamment en cas de crises et intervenir au sein des réseaux internationaux. Plus qu’une utilité, la création d’une garde-côtes européenne est une nécessité.
Objectifs : Affirmer l’Europe, comme puissance maritime mondiale pour se mettre au niveau des États-Unis, du Canada ou du Japon, en fédérant les différentes forces d’action des états membres par la mise en place d’une politique maritime européenne.
A l’instar du Baltic Sea Status, où 40 autorités, représentant l’ensemble des pays riverains de la Baltique, se sont engagées à intervenir de concert dans le cadre de la sécurité maritime en Baltique, en cas de catastrophe.
Réaliser des économies d’échelle, et permettre à̀ la France (où 95 % des navires empruntant le rail d’Ouessant appareillent ou accostent en dehors de l’hexagone) de ne plus supporter tous les coûts de la surveillance du trafic maritime.
Renforcer la sécurité en mer, face aux enjeux économiques et écologiques.

L’intensification du trafic maritime en Europe :

Exemple, la Manche représente 30% du trafic maritime mondial avec 600 navires par jour croisant au large de Cherbourg et 500 000 tonnes de matières dangereuses par jour circulant au large de la Bretagne.
6 000 navires marchands se croisent également quotidiennement entre la mer Noire et la Méditerranée.
Ces dix dernières années, le trafic maritime mondial a augmenté de 35 %.
Le gigantisme des navires :
Un méthanier peut de nos jours atteindre un volume de 200 000 m3.
Un seul navire de transport pourrait contenir une ville de 5 000 habitants. Quant à la capacité des porte-conteneurs, elle a doublé en dix ans.
Les conséquences :
Les risques de collisions. Marin pêcheur est devenu le métier le plus dangereux au monde avec 24 000 morts et 150 navires de pêche sinistrés par an dans les eaux de l’Union Européenne.
D’autres conséquences indirectes :
Pêche illicite, trafic de drogue, immigration de clandestins, terrorisme, contrebande et piraterie dans les eaux éloignées à forte présence européenne des océans Pacifique et Indien.
Ébauches de solutions :
L’Union Européenne a étoffé le plan d’actions de son comités de gestion des pollutions intentionnelles et accidentelles (renforcement des contrôles des navires au port, directives au niveau de la responsabilité de l’état du pavillon, possibilité de responsabiliser l’armateur du navire, harmonisation des sanctions pénales en cas de pollution marine, création d’une Agence Européenne de Sécurité Maritime à Lisbonne, retrait progressif des pétroliers à coque unique, ...)
L’amélioration de la législation, doit être complétée en mer par une force de répression active et un outil de contrôle efficace, la garde-côtes européenne.
Ce corps de garde-côtes européens, permettrait en outre de résorber les difficultés d’ingérence des états membres et palier à la lenteur de mise en œuvre des directives européennes.

La sécurité du Transport Maritime en cause :

La sécurité du Transport Maritime en cause :
Théoriquement, les règlements et les conventions ratifies par les 150 membres de l’Organisation Maritime Internationale (OMI) devrait suffire à̀ limiter les risques de naufrages, mais c’est sans compter sur les irrégularités de certains armateurs de navires hors d’âge, d’affréteurs qui cherchent un transport à bas coût, sur les pavillons de complaisances, le manque de coordinations des actions de secours en mer.
Une Europe fragilisée :
Le transport de matières polluantes et dangereuses s’est accru de 40% en dix ans, or le système de prévention et d’intervention n’est pas sans faille.
La croissance du tourisme de plaisance et le développement souvent anarchique d’activités de loisirs et de sports nautiques, sans connaissance des règles de sécurité et des gestes écologiques.
La pêche illicite :
On estime qu’entre 1997 et 2001, la quantité de poissons issus de pêche illicite est 3 fois supérieure à celle de la pêche autorisée dans certains lieux.
Par ailleurs, la France dispose d’un système d’intervention compliqué et archaïque, en cas d’infraction, la présence des douanes, des affaires maritimes et de la gendarmerie nationale est nécessaire pour dresser le constat.
Les conséquences :
-L’équilibre naturel des côtes se fragilise à grande allure.
- Les réserves halieutiques s’épuisent.
- Les naufrages se multiplient.

Rappel historique de catastrophes récentes :

  • 1988 : Catastrophe écologique avec le rejet en mer, depuis « Le Brea », de sulfure de sodium et d’acétone. Quelques mois plus tard, l’« Amazone » répand en mer ses 3 000 tonnes de pétrole.
  • 2000 : Naufrage de l’« Erika», 37 000 tonnes de fioul lourd se répandent en mer et 19 000 tonnes noircirent 400 kms de littoral. 1 milliard d’euros de préjudice financier hors environnement. Rien n’a fonctionné correctement tant sur mer que sur terre.
  • 2002 : Naufrage du Prestige, perte de 77 000 tonnes de fioul lourd, là aussi, plus d’1 milliard d’euros de dommages estimés.
    Le Prestige naviguait depuis 26 ans. Aux vues des normes en vigueur de l’époque, le navire aurait dû être sorti des bassins et envoyé à la casse, depuis septembre 2002... 2 mois avant son naufrage...

Un plan d’actions commun

Un plan d’actions commun de lutte contre les pollutions écologiques permettrait, à travers une garde-côtes européenne, de mieux prévenir les accidents et d’améliorer l’efficacité des forces d’intervention en cas de catastrophe.

L’Union Européenne a débuté l’installation, le long du littoral européen, de Zones Maritimes protégées, véritables viviers halieutiques, pour régénérer les eaux en poissons de façon chronique.
Toutefois, la protection de ces espaces demande la mise en œuvre de moyens lourds et d’effectifs importants aux abords de ces zones.
Une garde-côtes européenne, permettrait de prévenir les attitudes et les comportements des citoyens du littoral, au travers d’une démarche pédagogique.
L’Union Européenne et le Canada ont signé un partenariat pour préserver l’Atlantique Nord en mettant en place des patrouilles mixtes d’inspection dans la zone règlementée par l’Organisation des pêches de l’Atlantique Nord-Ouest (OPANO).
Objectif :
Interpeller le plus grand nombre de contrevenants, afin de protéger les ressources halieutiques des surpêches et autres pêches illégales.

Une solution, un remède : La création de Garde-Côtes Européens.

L’Or Bleu, soutient la mise en place de cette force d’intervention et de sécurité, le projet a une autre envergure.
Sans minorer les risques de pollutions marines, ni l’apport d’une telle logistique dans ce combat, l’Or Bleu veut élargir le débat au-delà de la lutte antipollution.
Il s’agit de démontrer les enjeux et les répercussions vers les populations européennes que susciterait la création d’une telle institution. Intéressante aussi en termes d’emploi et d’insertion des jeunes, voire de service civique !

HAUT
EnglishFrançais